Madrid : Juan del Alamo coupe une oreille face à des décevants Pedraza

Juan Leal a confirmé son alternative (vidéo)
Madrid-Juan del Alamo-Pedraza


Photo : Juan Pelegrin (Plaza de toros de Las Ventas)

Toros de Pedraza de Yeltes, bien présentés, montrant peu de bravoure au cheval et manquant de mobilité au dernier tiers. Cependant même si le lot fut décevant, si en Espagne, ils ne sont pas intéressés par le tercio de varas, ils feraient mieux de laisser ces lots au français. Le tercio de varas fut peu appliqué et bâclé au plus vite.

Manuel Escribano (silence et silence) reçut le second toro a porta goyola. 2 rencontres discrètes. Manuel fut appliqué malgré la fadeur de son adversaire, donnant peu d’option. Il resta discret face au quatrième, qu’il attendit à genoux au toril sans pouvoir effectuer de passe, le toro s’éclipsant sur le côté, ne prêtant pas attention à ses sollicitations.

Juan del Alamo (1 oreille après avis et silence) reçut discrètement son premier adversaire quelque peu protesté pour manque de force. Après deux piques sans histoire, le toro montre de la noblesse et une certaine classe dans son embestida sur la corne droite. Bonne faena du salmantino qui servit des séries rythmées et autoritaires. Il logea une épée sin puntilla. Le cinquième est distrait, s’emploie pas au cheval et manque de combativité malgré l’envie de Juan del Alamo qui aurait voulu ouvrir la grande porte.

Juan Leal (silence après avis et ovation) confirma son alternative avec Mirabajo, un toro mansito, peu combatif, 2 rencontres sans relief avec la cavalerie, poussant un peu la première et sortant seul la seconde. Juan débuta sa faena au centre de piste, citant le toro, muleta repliée, où il faillit se faire prendre dès la première passe. Le Pedraza est distrait et ne s’engagea jamais dans la muleta. Epée concluante au troisième essai. Face à l’ultime, et après une lidia approximative, il débuta sa faena, à genoux et au centre de la piste. Il raccourcit vite les terrains pour toréer comme à son habitude entre les cornes. Il conclut d’une belle entière au deuxième coup après s’être engagé et pinché au premier.

 

Les commentaires sont fermés.