Gimeaux : oreille pour Vincent Perez face aux erales de Jacques Giraud

Succès de la journée de l’école taurine d’Arles
gimeaux-perez-sonnallier

Photo et CR : Toreria.net pour Vuelta

Le matin, le mano a mano entre Tino Lopes professeur de l’Ecole Taurine d’Arles et son élève Tristan Espigue s’est soldé par 4 oreilles.

Tino Lopes fêtait se 25 ans d’alternative. Il reçoit son adversaire de la ganaderia Taurelle par des capotazos du meilleur goût. Une faena de muleta toute en finesse sur les deux rives et 1/3 de lame lui permettent de couper les 2 premières oreilles de la matinée. Tristan Espigue élève de l’école taurine hérite d’un Giraud très encasté qui prend 5 piques de tienta sans rechigner. L’Arlésien fit preuve de beaucoup de courage malgré une voltereta sans conséquence. A retenir quelques jolis gestes particulièrement à gauche. Une bonne estocade lui permet de récolter 2 oreilles méritées.

gimeaux-espigue-sonnallier

L’après midi sous un ciel menaçant et une belle entrée d’aficionados,  une novillada nous était proposée avec du bétail de la ganaderia Giraud qui fêtait ses 25 ans d’existence. Du bétail intéressant, exigeant, encasté et demandant une attention de tous les instants d’autant qu’un vent genant compliqua encore les choses. Peut être un peu difficile pour des jeunes mais la tauromachie n’est pas un métier facile. Tout les exemplaires ont étaient applaudis à l’arrastre.

El Azabache entamait l’après midi. Après un gracieux jeu de cape il débute une faena compliquée car son adversaire est plus intéressé par ce qui se passe dans le callejon que par l’activité de la piste. Quelques gestes épars mais pas une vraie faena. Cela se ressent à la mort avec un animal dur à stabiliser qui donne quelques inquiétudes au jeune torero lors de l’instant suprême. Il salut au tiers.

Vincent Perez en pleine progression hérite d’un adversaire exigeant qui demandait de la pression, ce que fit intelligemment Vincent sur les 2 rives. Une estocade à récibir très engagée lui permet d’engranger 1 oreille.

Rafaël de Lucas est un peu jeune pour combattre un tel bétail. Il a beaucoup de bonne volonté mais le novillo le déroute dans ses actions. Après une bonne entière il salut.

Le 4ième et dernier novillo revenant au meilleur des trois est toréé en toute logique par Vincent Perez. Il nous sert une bonne faena bien orchestrée, intéressante à droite mais aussi de jolies séries à gauche. La mort difficile le prive de trophée.

CR : Toreria.net

Les commentaires sont fermés.