Signes du toro : retour de l’émission mensuelle samedi 23 septembre

Les toreros qui ont séduit durant l’été
Mont de Marsan-Bautista-La QuintaGalerie

Le numéro 106 de Signes du Toro est un paseo virtuel où se retrouveront à l’image neuf matadors de toros et un novillero. Comme tous les choix en matière d’émotions taurines, ce paseo n’est pas le fruit d’un classement ou de statistiques. C’est avant tout ce qui nous a séduits, émus et même chavirés au cours de cette temporada 2017 en France.

A la feria de la Madeleine, une corrida et trois héros : Alberto Aguilar, Emilio De Justo et Alberto Aguilar face aux « terorificos » cornus d’Adolfo Martin. Des gladiateurs dans leur propre rôle.

Auteur d’un été glorieux partout où il a défilé, Jean-Baptiste Jalabert « Juan Bautista »  devait être dans ce paseo imaginaire grâce à son chef-d’œuvre sculpté à un toro de La Quinta en juillet dernier  là encore aux arènes de Mont-de-Marsan.

Puis le jour si particulier de Paco Ureña à Bayonne : 28 muletazos, 27 cornadas possibles, toréer à tombeau ouvert, se jouer la vie. A Bayonne, le public muet de trouille. Des actes et une réalité que les mots ne sauront jamais traduire. Les images, si.

Dans quelques jours, Jésus Enrique Colombo prendra l’alternative à la feria du Pilar de Saragosse avant de s’envoler vers le Venezuela, son pays natal. Colombo est LE novillero de cette saison 2017.

Sur Les toreros d’un jour et d’un seul « El Fundi », qui comme « Joselito » le fit en 2014 est revenu  pour un ultime triomphe en habit de lumières. C’était à Istres aux portes de Marseille.

Pour terminer ces moments forts de la temporada SDT se devait d’honorer Enrique Ponce. A 46 ans, 28 années d’alternative, 4600 toros estoqués et 48 graciés, le valencien réalise un parcours exceptionnel. C’est sa faena de la San Isidro de Madrid qui lui a ouvert la grande porte à Las Ventas que nous vous proposons au final. Tout un symbole.

Bayonne-Bautista-Ureña2017

 

Les commentaires sont fermés.