Séville : Rafaelillo coupe la dernière oreille de la féria d’une décevante Miurada

Leçon de vie et de courage de Javier Castaño (Vidéo)
Seville-Miura-Rafaelillo

Photos : Plaza de toros de la Maestranza

Pour la dernière course, les Miuras ont comme d’habitude refermé la féria de Séville. De bonne présentation, les toros de Miura furent de comportement varié mais globalement décevants. Certains montrèrent de la noblesse mais aussi de la fadeur et de la faiblesse, d’autres furent compliqués mais sans transmission. Brave le premier.

Avant même le paseo, le triomphateur de la tarde était Javier Castaño. Pendant que ces compañeros tientaient tout l’hiver pour préparer la temporada, lui se battait contre sa maladie et le cancer des testicules. En toute discrétion, il affronta les séances de chimiothérapie avec le même espoir de triomphe que quand il combat les Miuras dans l’arène. Ce dimanche 17 avril était une date importante pour le torero dans son combat. C’était son point de mire qui lui permettait d’être encore plus fort dans les mauvais moments, plus cette date approchait plus il était motivé à se remettre en forme.

A l’issue du paseo toute l’arène de la Maestranza s’est levée pour lui témoigner son admiration. Face à ses deux adversaires compliqués et juste de force, il les affronta avec calme et sans démériter livra des séries méritantes. Manuel Escribano revenait après avoir indulté un toro de Victorino. Il alla à deux reprises à porta gayola avec calme, face au troisième qui s’arrêta après la porte, il aguanta puis après la larga de rodillas enchaina par une série de véroniques rythmées et profondes qui déclencha la musica. Par la suite ces opposants baissèrent de ton et le torero de Gerena ne put réitérer ses exploits.

Rafaelillo montra de l’envie tout au long de la tarde, il ira également accueillir son deuxième adversaire a porta gayola. Sa faena brindée à Javier Castaño fut la meilleur de la tarde, avec douceur et des changements de main de classe mais le toro baissa ira a menos et Rafael le coucha d’une belle estocade sin puntilla.

Rafaelillo (ovation après avis et 1 oreille)

Javier Castaño (ovation et ovation après avis)

Manuel Escribano (ovation et silence)

  • Samedi le pirate du Guadalquivir conquit la Puerta del Principe

Seville Padilla- porte du prince

Face à des toros de Fuente Ymbro manquant globalement de race, meilleur les deux derniers, El Ciclon de Jerez « El pirata » a amarré aux bords du Guadalquivir. Il reçut ses deux adversaires à puerta gayola, il montra de l’envie et toréa avec enthousiasme soutenu par le public qui vibra surtout avec le mobile toro de Fuente Ymbro. Une foule l’attendit à la sortie de la porte du Prince.

Finito de Cordoba (silence et silence)

Juan José Padilla (1 oreille et 2 oreilles)

El Fandi (silence et 1 oreille)

Les commentaires sont fermés.