Séville : la toreria de Morante dans une competencia entre figuras

El Juli coupe une oreille (vidéo)
Séville-Morante2016-victoriano

Photo : Plaza de toros de la Maestranza

Les figuras faisaient leur retour dans la féria après leur boycott. Même si ce comportement n’est pas digne de professionnels, ça a eut au moins le mérite de leur redonner l’envie de se battre hier comme des novilleros et non pas de se reposer sur leur statut. Ils alternèrent les trois aux quites avec brio.

Mais si l’on ne regarde que le bilan général de la course, cela ne reflète pas forcément le contenu de la course. Morante a donné leurs meilleurs muletazos et a été bon à la cape, Juli a montré de l’envie et Perera a salué deux fois malgré la pauvre opposition qu’il a affronté.

Les toros de Victoriano del Rio et Cortès (3ème et 6ème) de présentation correcte, peu combatif sous le fer hormis le cinquième, donnèrent un jeu varié mais décevants et manquant de fond. Manso les 3ème et 4ème.  

Morante de la Puebla (silence et aplausos après 2 avis) reçut son premier adversaire par de belles véroniques et rematées par une demie de luxe avec les pieds jonts. Il fut très appliqué dans la lidia, mettant bien en suerte ces adversaires. Mais au dernier tiers, le premier toro s’arrêta et Morante abrégea. Face au quatrième qu’il reçut par un farol, Morante se montra concentré mais son adversaire se dégonfla rapidement et fuit aux planches. On aurait pu penser que Morante allait faire de même mais il partit dans la querencia du toro et lui arracha petit à petit des séries méritantes avec envie. Sa faena est longue puis il pincha avec engagement. Dans ce cas là, il est toujours difficile de cadrer le toro dans sa querencia et coucha son adversaire juste avant le troisième avis.

El Juli (1 oreille et ovation après avis) ne fut pas appliqué dans la lidia et bâcla les premiers tiercos. Face à un animal qui manqua de fond, il fut appliqué mais profilé. Cependant il donna de belles naturelles templées et profondes avec une muleta tenue très basse avec domination. Malheureux Julipié de gala. Motivé, il ira accueillir son second adversaire à porta gayola. Il ne put abréger le tercio de piques, le toro resta environ 5min sous le peto sans sortir la tête malgré les efforts de Morante en chef de lidia, sur la deuxième pique il en fut de même. Forcément le toro laissa du jus et se montra fade dans la muleta autoritaire et sans arrogance. Julian conclut d’un simple pinchazo hondo.

Miguel Angel Perera (ovation après avis et ovation) hérita du lot le moins propice, deux toros de Cortès. Le premier fuit dès les premières passes de capes. Après un tercio de piques anecdotiques, sa cuadrilla se distingua fortement aux banderilles, ce qui déclencha la musique des arènes. Curro Javier, Guillermo Barbero et Javier Ambel à la brega furent invités à saluer. Le toro est manso et va fuir rapidement le combat, obligeant Perera à lui courir après. Face au dernier fade et sans caractère, il fut sans option. après l’avoir reçu également à porta gayola.

Les commentaires sont fermés.