Saint Etienne du Grès : Oreille pour El Chihuahua, El Galo et D. Raimbaud

Fiesta Campera organisée par la peña El Galo
Saint Etienne du Gres_28 fev 2016

Photo et CR : Toreria.net pour Vuelta

Vuelta au 4° novillo, « Marquis » N°233 de la ganaderia Jalabert Frères. Les prévisions météorologiques catastrophiques ont certainement nuit à l’entrée, à peine une demie entrée, les aficionados étant contraint à passer devant un petit groupe d’anti, de plus en plus hargneux, vulgaires et agressifs. Fiesta Campera organisée par la Peña Taurine « El Galo » de Saint Etienne du Grès (13) avec un novillo de Taurelle, deux de Pages-Mailhan et deux de Jalabert dont un, le 3°, du Laget. Marc Allien officia au cinq postes, aux 3° et 5° on se demande pourquoi au vu de leur morphologie. Et finalement c’est sous un ciel clément avec quelques rayons de soleil que tout se passa, et de bonne tenue dans l’ensemble.

Mehdi Savalli (Silence) toucha en 1er un joli novillo des Taurelles qui se cassa le piton gauche. Noble mais mansito avec un gout prononcé pour les tablas, il permit à l’arlésien de réaliser une jolie faena, qui hélas sera moins bien conclue, avec les armes.

Antonio Garcia « El Chihuahua «  (Oreille) Beaucoup d’envie et de volonté pour El Chihuahua en costume charro, au trois tercios, devant un novillo de Pages-Mailhan qui se laissa faire mais avec un certain manque de classe. Le mexicain par son entrega fit adhérer le public et conclut d’une lame sin puntilla en s’engageant.

Andrés Lagravère « El Galo «  (Oreille) El Galo hérita d’un becerrito du Laget de bonne condition et pourvu de race, ce qui le mit en difficulté en début de faena mais dont il parvint à prendre le dessus en fin de parcours pour un final plus recentré avant une lame, elle, décentrée.

Dylan Raimbaud (Oreille) Les moments les plus aboutis ont été ceux de Dylan Raimbaud, devant un becerro des Frères Jalabert d’excellente tenue et dont l’arlésien sut bien profiter, surtout sur la corne droite. Des problèmes à l’épée dont la seconde tentative lui valut une sévère cogida, le priveront d’une double récompense.

Vincent Perez (Silence) De petite maille et mansito en cherchant les barrières, le Pages-Mailhan qui clôturait l’après-midi, se montra de bon son dans la muleta de Vincent Perez, toréant encore trop d’école tout en s’appliquant à bien faire. Il conclut d’un joli recibir mais le maniement du descabello lui fit perdre tout espoir de trophée.

 

Les commentaires sont fermés.