Madrid : David Mora revient par la grande porte des arènes de Vistalegre

Après près de 2ans de rééducation
Vistalegre-David Mora-2016

Photo : Javier Arroyo (Aplausos)

Le mardi 20 mai 2014, pour la douzième tarde de la San Isidro à Madrid, David Mora voulut recevoir le premier toro de la tarde d’El Ventorillo à porta gayola mais il fut brutalement secoué. Grave cornada de 30cm à la fémoral à la cuisse gauche, sectionnant la veine fémorale. Après avoir été opéré d’urgence à l’infirmerie des arènes, il fut transporté à l’hôpital Virgen del Mar. Le très long chemin traversé par le torero madrilène afin de retrouver la mobilité de sa jambe restera inimaginable. Il s’est battu comme seul un torero pouvait le faire pour revêtir à nouveau le costume de lumière.
642 jours après sa blessure, David Mora a refoulé le sable d’une arène pour un mano a mano avec un autre miraculé de la temporada passé, Jimenez Fortes. A l’issue du paseo les deux toreros reçurent une très forte ovation

Toros de Parladé de présentation correcte mais faibles et fades hormis le très bon cinquième noble et brave, plus un sobrero (2ème bis sortis en sixième position) de Juan Pedro Domecq. Tous furent monopiqué

David Mora (2 oreilles, ovation après avis et vuelta après avis) reçut avec élégance et douceur son premier adversaire, qui montra rapidement des signes de faiblesses. Calme et posé, David le toréa à mi hauteur avec douceur, d’où ressortira une série de naturelles profondes et temples. Deux oreilles généreuses pour le retour du madrilène. Car sa meilleure faena, c’est face au noble et brave cinquième qui la livra. Les superbes doblones de départ donnèrent le ton de faena, le toro humilie avec classe et transmission. David Mora, main basse, le guida avec profondeur et autorité mais finissant trop souvent les séries de façon tremendiste par excès d’envie (on le lui pardonnera). Malheureusement, il pincha avec les aciers et perdit les oreilles mais donna une vuelta très chaleureuse.

Jiménez Fortes (ovation après avis, ovation après avis et ovation après avis) eut un lot peu propice au triomphe, vu le manque de force de ses adversaires. Malgré son envie, il fut quelque peu discret, abusant d’un toreo de proximité et de circulaire inversée. Il fera également durer trop souvent ses faenas.

Qu’importe le résultat tauromachique car ce n’est pas le triomphe que d’un torero mais le triomphe de deux hommes face à la mort.

 

Les commentaires sont fermés.