Istres : Andy Younes et Lilian Ferrani sont sortis en triomphe du Palio

Andy Younes remporte le prix P. Pouly
Istres Andy Younes

Photo et CR : Toreria.net pour vuelta

Dimanche 2 août :

Une récompense méritée pour le jeune novillero arlésien malgré les trois avis écoutés après une débâcle à l’épée au sixième qui en plus lui fit perdre deux oreilles supplémentaires. Les deux arlésiens quittèrent les arènes du Palio à hombros plus par générosité du public qui garnissait à plus de la moitié les gradins et que le palco écouta, du moins en ce qui concerne L. Ferrani qui n’a toujours pas retrouvé ses sensations de ses Pâques arlésiennes. Le jeune rejoneador L. Tisseur qui débutait à ce niveau laissa une bonne première impression.

Pour le rejon, deux novillos de Christophe Fano, excellent le second, et quatre d’Olivier Fernay y hijas pour la lidia à pieds, légers les deux premiers qui s’avérèrent également les meilleurs pour les toreros. Justes de forces ils ne reçurent qu’une petite pique chacun.

Laury Tisseur (Rejon, ovation après avis et 1 oreille) L. Tisseur ouvrit la course avec un novillo exagérément « dépointé » qui se montra plus que distrait, se désintéressant du combat et devant lequel le jeune torero à cheval put poser de bonnes banderilles vu les conditions. Après un demi-rejon arrière il dut descabeller … avec difficultés. Son second « Fano », excellent et allant à mas posa un peu plus de problèmes pour ce débutant qui ne rompit pas et réussit un bon tercio aux banderilles sur «Cadabel». De nouveau il dut descendre pour descabeller son adversaire après un nouveau rejon trasero.

Lilian Ferrani (1 oreille et 1 oreille) Le novillete de Fernay chancela plusieurs fois sur ses antérieurs mais alla à mas avec une noblesse du meilleur aloi dont ne sut profiter pleinement L. Ferrani, souvent accroché en fin de passe et guère centré sur son sujet. Faena décousue, manquant d’assise et conclue d’une épée atravesada. Plus sérieux le cinquième fut joliment reçu à la cape et le début du dernier tiers laissa penser au meilleur mais tout se dilua très vite, le novillero n’intéressant pas son adversaire en restant marginal et sans peser sur celui-ci qui se détacha peu à peu de la muleta jusqu’à s’en désintéresser complètement. L’estocade sin puntilla rehaussa un peu l’ensemble…

Andy Younes (2 oreilles et applaudissements après les trois avis) se montra décidé et varié dés les premiers capotazos. Il dut consentir un novillo qui rechignait quelque peu à se livrer, ce qu’il fit avec beaucoup d’aguante, de meilleure manière sur le piton gauche au cours d’un trasteo relevé et conclut efficacement à la mode d’El Juli mais de face…. C’est cette manière de tuer qui lui joua un bien vilain tour avec le manso de sixième. Fuyant cape et muleta il s’avança corne en avant pour toucher A. Younes lors de sa première tentative d’estocade et le poursuivre à terre…. Ensuite il reprendra ses fuites, déréglant totalement le jeune arlésien qui alternait épée et descabello jusqu’au signal fatidique. Auparavant il nous avait offert l’actuaccion de l’après midi débutée superbement à la cape et notamment un quite por « saltilleras ». Brindée à A. Montcouquiol, sa faena débuta par des derechazos à genoux avant de distiller des séries harmonieuses et variées avec envie, gestes et efficacité devant un novillo qui cherchait en permanence à regagner les tablas. Il sut faire ainsi grimper l’intérêt de son travail jusqu’à…..la mise à mort.

CR : Toreria.net pour vuelta

Les commentaires sont fermés.