Il y a du boulot dans le Mundillo…

Les aficionados ne demandent qu’à être instruittoro bravo

Suite aux menaces des groupes commandos, les aficionados se sont mobilisés pour défendre leur passion et leur culture. Mais l’avenir de la tauromachie n’est pas forcément inquiétant à cause des antis mais plutôt à cause du mundillo lui-même. Et il va falloir que tous les acteurs et professionnels se posent les bonnes questions et défendent enfin les intérêts de la tauromachie, donc du toro bravo, aux dépens de leur propre intérêt.

La tauromachie n’est pas chose facile à comprendre quand on ne vous l’explique pas. Tout a un sens et une explication. Or les professionnels l’oublient souvent et préfèrent avoir un plan de carrière plutôt que de valoriser et mettre en valeur les toros qui sont combattus. Ils oublient parfois de respecter leur instinct sauvage, qui disparaît au profit d’une noblesse naïve donc d’une domestication. En France, il y a eu une prise de conscience que n’a pas encore prise l’Espagne. Les gens du mundillo sont capables mais ne montrent pas l’envie de respecter l’éthique et le sens de la tauromachie. Ils sont responsables notamment de la disparition d’encastes différents de celui de Domecq et d’un manque de loyauté envers le toro.

Et quand bien même il y a 6 toros d’un autre encaste avec 6 jeunes toreros différents, aucun n’a l’envie de mettre en valeur le toro. Les tercios de piques et banderilles sont ignorés et bâclés. Ce qui peut être plus inquiétant, c’est que cela n’a pas l’air de choquer le public. Ils profitent peut être du manque de connaissance des gens. Et il devient difficile d’expliquer à un novice un sens au déroulement du combat. Voir un beau et bon tercio de piques et banderilles est émouvant et facilite en plus l’explication et la compréhension du spectacle.

Les aficionados ne demandent qu’à être instruit, dès lors qu’on prends le temps de leur expliquer. Ils aiment lire par exemple un compte rendu d’une course qu’ils ont vu pour comparer leur ressenti et leur compréhension. La période hivernale va débuter et c’est maintenant aux clubs taurins et diverses peñas taurines avec l’aide des professionnels (les sachants) de multiplier les conférences et festivités pour éduquer, informer, partager et expliquer aux aficionados passionnés et au grand public le mystère des toros.

Le mundillo doit s’ouvrir aux autres et couper leur cercle dans lequel ils se sont enfermés pour diverses raisons et ne veulent pas ouvrir. Ils doivent partager leur passion et respecter le public et dialoguer avec eux.

Des évènements encourageants se sont mis en place cette année et il faut les continuer. Par exemple, voir des toreros comme Padilla à Logroño ou d’autres avant lui, apprendre et partager un bon moment avec les plus jeunes est rafraichissant. Il est important de se mobiliser par respect à cet animal unique, emblématique et divin qui nous fascine depuis la nuit des temps. Défendre la tauromachie, c’est défendre l’authenticité du toro et des règles qui composent le combat.

Les commentaires sont fermés.