Gimeaux : Cayetano Ortiz coupe une oreille pour la fiesta campera de clôture

Du club taurin Lou Fourmigo
gimeaux-c-ortiz2016

Photo et CR : Toreria.net pour vuelta

Oreille pour C. Oriz mais C. Escribano et surtout P. Carrero en perdent une avec l’épée. Temps printanier pour cette fiesta campera de fin de temporada du Club Taurin Lou Fourmigo à la Monumental de Gimeaux qui enregistrait un nouveau plein. Escribano et Ortiz ont combattus des novillos de La Cravenque (1er et 2°) de peu de présence, décastés, se laissant faire mais sans transmettre… Carrero et Mailhan étaient opposés à un novillo, noble, suave manquant d’un peu de chispa de Pages-Mailhan et à un becerro du même fer, mansito mais qui offrait le plus de possibilités, hélas pas exploitées…. Pst JY Planell, remise d’un trophée à Paquito Leal pour son parcours professionnel, les quatre novillos ont été brindé au public.

Cristian Escribano (Salut) Le 1er de La Cravenque fit une paire d’extraños avant trois jolies arrancadas face au cheval mais sans suite…. Il oublia ses mauvaises intentions dans la muleta de C. Escribano qui sut lui tirer par son toreo classique et sûr une faena appropriée, le novillo n’humiliant pas et ne s’employant jamais, ce qui ôta toute transmission à l’affaire. Un mauvais maniement des armes fit s’envoler tout espoir de trophée.

Cayetano Ortiz (Oreille) Le seul pavillon de l’après-midi sera pour C. Ortiz qui tira le meilleur parti d’un novillo faible et bas de race, qui après deux puyazitos anodins se laissa conduire sur les deux bords mais comme une âme en peine. La faena du biterrois fut très bien conclue à l’épée et le public demanda et obtint l’oreille du pupille de La Cravenque.

Pedro Carrero (Salut) Mobile et noble, le 3° embestit avec classe dans la muleta de P. Carrero qui put ainsi exprimer sa tauromachie classique sur les deux bords du Pages-Mailhan qui afficha aussi une pointe de soseria. Le trasteo du madrilène fut bien construit mais mal rematé avec une épée bien basse pour pouvoir espérer un trophée.

Pierre Mailhan (Silence après avis) hérita d’un excellent becerrito de l’élevage familial, certes mansito mais se laissant faire avec du moteur et de la noblesse à condition de le garder dans la muleta, ce qu’hélas eut du mal à faire le jeune arlésien qui passa à coté du sujet lors des trois tercios. Quelques courtes séquences positives avant une mise à mort en plusieurs épisodes !!!

 

Les commentaires sont fermés.