Boujan : Vicente Soler triomphe et bonne novillada de Cebada Gago

Déception avec les Partido de Resina (Vidéo)
Boujan_Vicente Soler_Cebada

 

Photos et CR : Toreria.net pour Vuelta

  • Dimanche : Excellent lot de Cebada Gago

Superbement présentés, les novillos de Cebada Gago montrèrent un comportement plus variés mais s’imposèrent facilement devant trois novilleros à court d’argument. Le second novillo sera honoré d’une vuelta posthume, le dernier s’avérant d’une noblesse idéale, les autres hormis le 4° moins évident, offraient des possibilités que B. Alvarez, V. Soler et Lagartijo, qui remplaçait P. Aguado blessé, ne surent pas saisir. La peña Vicente Soler étant mieux préparée que son torero pour couper des oreilles, elle lui en obtint deux et une sortie par la grande porte. Temps couvert et demi arènes, vuelta au second novillo N° 88 et salut du mayoral à la fin de la course. Prix au meilleur picador Francisco Patilla de la cuadrilla de V. Soler qui reçu lui le trophée du meilleur novillero

Borja Alvarez (silence et silence) Après deux jolies piques bien prises et palmas au piquero, un bel échange de quite entre B. Alvarez et V. Soler. A la muleta le novillo gagna peu à peu du terrain sur le protégé de J. Ignacio Ramos qui ne lui offrit qu’un toreo stéréotypé et de peu d’efficacité avant d’en finir d’une demie lame et deux descabellos Son second rentrera fort au cheval deux fois mais en sortira vite, le tout entrecoupé d’une vuelta de campana. Au dernier tiers il se montrera félin, se retournant vite avant de donner des uppercuts par le haut. B. Alvarez ne pourra que constater ces faits, n’ayant pas les moyens pour peser sur son adversaire, concluant toutefois d’une belle épée.

Vicente Soler (1 oreille après avis et 1 oreille après avis) toucha en premier une excellent novillo qui prit bien ses deux piques, mêmes légères, valant des applaudissements au picador et une grosse ovation au novillero de Castellon après un tercio de banderilles très enlevé. Le Cebada Gago répondra présent au troisième tiers, chargeant de loin dans la muleta, répétant avec entrain sur les deux bords, se montrant au dessus de V. Soler qui ne signa que quelques passages appliqués au milieu d’un toreo globalement pueblerino. Dommage. L’épée fut suffisante mais longue d’effet et le palco sut résister à la pétition peñista pour un double trophée… Le 5° poussa haut par deux fois et le novillero fut moins convainquant aux banderilles. A la muleta il eut beaucoup de mal a trouver le sitio, restant le plus souvent marginal malgré les conseils avisé de Lazaro Soler son torero de père alors que le Cebada Gago avait des qualités de noblesses et que l’on vit, hélas en de trop rare occasion. Il tuera d’une lame habile et de nouveau la présidence tint bon…

Javier Moreno «Lagartijo» (ovation et silence) toucha en 1er un novillo mansote, juste de forces qui ne se livra pas, se montrant vite compliqué à droite. Alluré mais sans grand engagement le trasteo du cordouan essentiellement gaucher ne transmettra pas grand-chose aux gradins avant une conclusion efficace. Après le « se canto », il se montra très décidé à la réception du dernier qui rentrera fort deux fois dans la cavalerie mais qui ne se fera pas prier pour en sortir. Légèrement andarin en début de faena, il deviendra vite une machine a embestir offrant un triomphe au jeune novillero électrique et monté sur ressorts, qui ne saura pas le saisir, se contentant d’accompagner les charges franches de son adversaire sans pouvoir maîtriser quoi que se soit, y comprit l’estocade habile et opportuniste à l’encuentro….

 

  • Samedi : déception avec les Partido de Resina

Boujan_Galdos_Joaquin

Même soutenu par le club taurin des «Amis de Pablo Romero», venu en car de Nîmes, le lot présenté de Partido de Resina fut très décevant par un manque flagrant de caste. Physiquement les deux premiers étaient dans le type mais furent les plus en dessous, les autres, au pelage noir, tenaient un peu plus la route, en trapio et en moral, le 3° s’avérant au dessus, le 4° qui paraissait être l’espoir du lot a dut être changé pour déficience physique par un sobrero de R Margé, N°156, débordant lui de race et honoré d’une vuelta posthume. Coté novillero, une affiche Sud-américaine, J. Galdos fut le plus en vue devant son paisano A. Roca Rey, les deux péruviens coupant chacun une oreille généreuse après des lames basses, M. Vanegas affichant plus de courage que de technique devant l’insatiable Margé. Tarde accidentée pour les trois garçons qui furent bousculés, le vénézuélien devant être hospitalisé pour examens. Prix au meilleur picador : J.M. Quinta de la cuadrilla de Roca Rey. Trophée au meilleur novillero pour J. Galdos

Manuel Vanegas (silence après avis et vuelta après avis) Le novillete d’ouverture sera trop faiblard pour pouvoir exprimer son petit fond de noblesse. M. Vanegas s’appliquera pour le maintenir debout et lui tirer quelques séries, forcement sans saveur sur les deux bords. L’estocade se fera en trois temps plus le descabello. Le 4° laissa entrevoir des qualités mais il dut être renvoyé au toril après une 1ere pique. Le suppléant, de R. Margé, de petite maille sera très bien reçu par le vénézuélien, varié à la cape. Il ira deux fois, bien mais légèrement piqué au cheval et prendra M. Vanegas à la 3° paire de banderilles. Au dernier il s’avérera mobile et plein d’une caste vive qui mit le novillero en difficulté, montrant un grand cœur, en limite de rupture, mais avec trop de carence technique pour canaliser les charges du sobrero qui sera le novillo le plus intéressant de la tarde.

Andres Roca Rey (1 oreille et silence) Manso et sans force le second s’arrêtera vite au milieu des muletazos de Roca Rey et se montra encore moins évident à gauche. Il l’occit d’une épée bien basse et coupera une oreille surprise. Son second sera un decasté de catégorie qui regardera plus les gradins que la muleta du péruvien, sauf quand il sentit l’homme à portée ou il le bouscula deux fois sans conséquence. L’ensemble ira vite a menos et la conclusion se fera en plusieurs temps.

Joaquin Galdos (1 oreille et ovation) Juste de forces le 3° ira correctement au cheval et prendra M. Vanegas au quite. Des Partido de Resina il fut celui qui avait le plus de potentiel et J. Galdos en profita pour lier d’intéressantes séries, meilleures à droites avant de conclure d’une lame basse qui n’empêcha pas l’octroi d’un pavillon. Tout autant decasté que le cinquieme, le dernier ne permettra pas grand-chose au peruvien qui s’en mefiera en restant tres prudent à gauche avant de subir une voltereta spectaculaire d’un novillo qui s’avisa et qu’il expedia ad patres d’une entiere caida après un mete y saca tres bas.

CR : Toreria.net pour Vuelta

http://fr.feria.tv/video-3175_boujan–oreille-pour-galdos-et-roca-rey.html

 

Les commentaires sont fermés.