Bouillargues : Louis Husson et la ganaderia de François André primés

Bonne prestation de l’eral du Lartet de famille Bonnetbouillargues-soto-nsp

CR : Toreria.net pour Vuelta

Pour la 2ème année consécutive le club taurin La Embestida de Bouillargues organisait sa novillada. Un ciel un peu menaçant mais sans pluie après les orages de la veille. Félicitations à ces dames aréneras très efficaces pour l’entretien de la piste tout au long de la tarde. En préliminaire de cet après midi, le ganadero de Malabat recevait un trophée souvenir pour les vingt ans de la création de son élevage. Cette année, une competencia ganadera entre trois ganaderias du sud est : Hubert Yonnet : bien présenté, de la charpente, toréable. François André : plus léger, jolie tête, encasté, très mobile, aurait mérité un autre adversaire. Christophe Fano : belle présentation, cornes basses, pointe de faiblesse, toréable.

Et trois ganaderias du sud ouest : L’Astarac : de la noblesse, aurait du laisser des oreilles sur le sable gardois. Malabat : beaucoup de vivacité mais compliqué pour un jeune débutant sans grand bagage. Le Lartet : Très joli trapio, belle tête, permettant une tauromachie engagée et technique. La défi s’est terminé par le succès de la ganaderia des héritiers de François André . Toutes les ganaderias se sont présentées dans l’ordre d’ancienneté sans sorteo.

Daniel Soto (ovation et vuelta) après quelques capotazos au Yonnet débute sa faena par statuaires. Après un brindis à Hubert Yonnet, il nous diffuse de très belles séries sur la corne droite mais c’est sur la gauche que l’animal répond le mieux. Malgré une pointe de faiblesse, les passes s’enchainent élégamment et le novillo s’engouffre dans le drap. Après trois essais aux aciers l’éral tombe. Son second, de l’Astarac, est reçu par 2 largas. Un brindis au public et la faena commence par une cambiada risquée. Très bonnes naturelles fort appréciées par le public. La corne droite lui permet aussi de s’exprimer. Les charges se raccourcissent en fin de faena. Une fois de plus les aciers lui font défauts et seule une vuelta le récompense pour son travail.

David Garzon (silence et silence) reçoit son François André par quelques capotazos mais très vite l’animal gazapon sème la panique dans le ruedo au moment du tiers de banderilles. Plusieurs fois désarmé durant la faena l’ibère ne pris pas le dessus. De nombreux coups de tête ponctuent les quelques passes que le torero arrive à exécuter en fin de faena et beaucoup de malchance à l’épée le prive de tout trophée. Son second, de Malabat, très mobile mais avec une certaine faiblesse des antérieurs le colle sans cesse et l’oblige à se replacer. Sa faena est longue et difficile. Le Madrilène ne s’engage pas, se fait promener mais le novillo par sa violence ne laisse guère de possibilités pour un débutant. Encore une fois les aciers ne lui sont pas favorables.

Louis Husson (ovation et 1 oreille) reçoit son premier de Fano par quelques capotazos fleuris. Après le brindis au public, il entame une faena posée qui permet à l’animal de respirer. De jolis gestes sur les deux cornes mais la faena va à menos en fin de travail. Une entière sin puntilla et le Dacquois salut. Le dernier de l’après midi, pupille de la famille Bonnet est bien reçu par un jeu de capote élégant. Aux banderilles, il est à noter l’actuation d’El Santo. Devant cet animal qui possède beaucoup de moteur et de race (Peut être le prétendant au prix du meilleur novillo ?) le protégé de Richard Milian après un brindis à Jérôme Bonnet ne se laisse pas déborder et réalise une faena bien construite en trouvant très vite la distance. Malgré les problèmes posés, le jeune dacquois montre ses facilités à s’adapter et les bons fondements de sa jeune carrière. Très bonnes séries sur les deux cotés, biens variées. Le public apprécie ce travail, son effort, et malgré une mort un peu compliquée lui octroie une oreille.

– Prix du meilleur novillero remis à Louis Husson

– Prix du meilleur novillo à Ganchero de la ganaderia de François André !

En matinée, les jeunes élèves du centre de tauromachie français ont pu montrer leur plaisir de toréer, sous les conseils de Patrick Varin et devant un public venu en nombre les encourager.

 

Les commentaires sont fermés.