Alès : Juan Del Alamo triomphe face aux Adelaida Rodriguez

Et nouveau flop des anti-taurins toujours aussi ridiculeAlès-Juan-Del-Alamo

Important et onéreux dispositifs de police pour une grande manifestation européenne des abolitionnistes taurins. 5000 personnes annoncées (seulement) pour un résultat aussi minable de 800 à 900 personnes présentes (seulement), qui comme d’habitude aura eu plus de répercutions dans les médias (jusqu’à quand se feront-ils avoir ?) que sur le terrain. Mais l’avantage c’est qu’ils passent toujours pour des dindons. Et comme à chaque fois les aficionados en sont sortis grandis par leur comportement exemplaire.

Dans le ruedos cependant, les aficionados étaient venus nombreux.
Superbement présentés, les toros d’Adelaida Rodriguez ont sérieusement manqués de fonds et de forces et seul Juan del Alamo a sut s’entendre, en deux combats distincts, avec eux. Un lot pourtant bien traité au premier, dans l’ensemble, bien mis en suerte mais qui, s’il répondit en partant souvent de loin, le fit sans grande motivation ni réelle bravoure. D. Lopez-Chaves et le fils de la Capea jouant plus aux donneurs de passes qu’à autre chose, même s’ils firent sporadiquement un effort pour plaire…

Domingo Lopez-Chaves (silence et silence)
Le premier sera le plus constant face à la cavalerie, trois rencontres en augmentant la distance, accélérant même à l’ultime, mais sans forte agressivité. D. Lopez-Chavez débuta à genoux par un avertissement sans frais, suivi de deux autres et proposera quelques jolis enchaînements à gauche, le meilleur bord du toro, malgré la gêne du vent. A droite, l’ensemble ira à menos et sera conclu d’une demi basse lame. Le 4° laissera beaucoup de forces lors de ses deux rencontres avec la cavalerie qu’il bousculera même. Arrivé au dernier tiers, il se livrera de moins en moins, otant toute option au salmantino de turno qui l’occira d’un tiers d’épée peripherique et de deux descabellos.

Pedro Gutierrez « El Capea » (ovation timide et ovation protestée)
Hors du type du lot, plus haut, mais très sérieux, le second sera aussi le moins intéressant de l’envoi, mettant dans le doute Pedro et sa cuadrilla. La musique !!!! souligna un travail très prudent ou bien entendu rien n’évoluera dans le bon sens, El Capea prenant la rocade pour loger une entière libératrice. Le 5° mettra peu d’entrain au cheval par deux fois mais malgré sa faiblesse, il méritait un peu mieux que ces muletazos sans classes ni engagement que lui servit le torero de Salamanque, à nouveau porté par la musique !!!. Conclusion sous forme de bajonazo de gala.

Juan Del Alamo (1 oreille et 1 oreille)
Dés sa réception, on sentit que J Del Alamo n’était pas venu en Cévennes en vacances mais pour justifier son cartel. Le 3° le serra à droite tout en lui offrant une excellente corne gauche dont il profita au mieux mais restant devant ce piton droit plus âpre surtout lors des manoletinas finales très serrées après trois séries en rond très bien liées. Le dernier fut protesté pour ces génuflexions répétitives, s’affalant au sortir des piques et pendant le tercio de banderilles. Une faiblesse que lui fera oublier le jeune salmantino, toréant avec douceur, intelligence pour lui allonger la charge, réussissant à lier de superbes séries au final avant une ¾ de lame efficace.

 CR Toreria.net pour Vuelta:  www.toreria.net

 

Les commentaires sont fermés.